Vin compris

En 1933, les architectes Paul Jumeau et son fils Gaston construisirent sur les allées Paul Riquet « la Station uvale ». De style art déco, elle était gérée par l’A.V.P. (Association de Propagande pour le Vin) présidée par André Nougaret. C’était l’opportunité d’exalter sur ce lieu, au cœur de ville, le vin de pays et le jus de raisin. Les repas « vin compris » formaient le second axe de cette politique.

La station fut détruite au début des années 2000.

En savoir plus
Jean-Denis Bergasse, Philippe Marassé, Un grand axe à Béziers du XVIe au XXe siècle : de la place de la Victoire à la gare par les allées Paul-Riquet et la place de la Citadelle, 2012 
 
Illustration
Station uvale

Perret, coutelier du roi à Versailles

Jean-Jacques Perret (1730-1784) coutelier comme son père, poursuit des études de chirurgie dans la capitale, pour mieux perfectionner son art.

Devenu maître coutelier et marchand installé rue de la Tissanderie à Paris, il est connu pour la perfection de ses instruments de chirurgie qu’il vendra dans l’Europe entière. Présenté au Roi Louis XV, ce dernier « pour payer son tribut d’admiration à un artiste si distingué » le nommera « coutelier du château » de Versailles.

Reconnu par l’Académie de Chirurgie il publia en 1769 La Pogonotomie, ou L’art d’apprendre à se raser soi-même … suivi d’une observation importante sur la saignée, ouvrage qui connut plusieurs compléments et en 1777 un Mémoire sur l’acier, couronné par la société des arts de Genève.

En savoir plus
Gazette de France, octobre 1777 
L. Domairon, « Notice sur la vie et les ouvrages de Jean-Jacques Perret dans : Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers », 1837, p. 325-345. 
 
Illustration
Couverture des Mémoires sur l’acier, par Jean-Jacques Perret.

La gare du Nord retrouvée

Côté Ouest de la Gare du Nord, fut ouverte en 1877 une ligne desservant les gares de Lignan, Maraussan, Maureilhan, Réals, Cessenon, Prades sur Vernazobres, Pierrerue et Saint-Chinian.

En 1902, une ligne de tramway électrique permet même de relier cette gare au centre-ville et à la Gare du Midi.

Les plus anciens se souviennent de son bâtiment central qui comprenait la salle de départ/arrivée et l’enregistrement des marchandises. La cour d’accès donnait alors sur l’avenue de Pézenas.

En savoir plus
Anciennes voies ferrées / Passes-montagnes 
Michel Fournier, « L’urbanisme biterrois », Bulletin de la Société archéologique scientifique et littéraire de Béziers, 1984, p. 69-72  
Philippe Marassé, Dans l’arrondissement de Béziers-Saint-Pons. Les voies de communication routières et ferroviaires et leur impact sur l’économie et la viticulture aux XIXe et XXe siècles, Béziers, Société archéologique, 2007 (Cahier XIV) 
 
Illustration
Béziers, Avenue de Pézénas et Gare du Nord